La Fashion Week de Londres débute avec des défilés ouverts au public

Shaista Hamdulay, comptable sud-africain, n’aurait jamais imaginé se mêler un jour aux fashionistas de la Fashion Week de Londres.

Par Reuters (Traduit par Luxus Plus)

Samedi encore, Hamdulay a goûté à un monde habituellement réservé aux rédacteurs de mode, acheteurs, blogueurs et célébrités, avec une place très convoitée au premier rang d’un défilé.

Ce jeune homme de 30 ans était l’une des dizaines de personnes présentes lors de la première exposition publique de cet événement, où tout un chacun pouvait acheter un billet pour une présentation spéciale.

«C’est une opportunité unique dans la vie», a déclaré Hamdulay. « Jamais dans mes rêves les plus fous je n’aurais pensé que je serais assis à la Fashion Week de Londres. »

Autrefois fermée au monde de la mode, Londres ouvre ses portes en proposant six shows publics au cours du week-end.

Pour des billets à partir de 135 £ (169 £), le public peut regarder les mannequins défiler dans les tenues des créateurs Alexa Chung, Henry Holland et l’autoportrait.

Des tables rondes avec des personnalités du secteur et une exposition sont également incluses.

«Nous avons suscité un vif intérêt et suscité l’intérêt non seulement des consommateurs, mais aussi des initiés de l’industrie qui sont curieux de savoir quelle sera leur expérience», a déclaré Caroline Rush, directrice générale du British Fashion Council.

Londres est la deuxième étape du calendrier des défilés printemps / été 2020, qui inclut également New York, Milan et Paris.

Chung n’était pas présente mais a accueilli les invités dans une vidéo en expliquant que les vêtements étaient «spécialement sélectionnés pour ce spectacle». Parmi celles-ci figuraient des robes imprimées, de gros manteaux et des chaussures de sa ligne automne / hiver 2019-2020.

«J’aimais beaucoup les chaussures», a déclaré John Currie, étudiant en mode. D’autres n’étaient pas des fans.

« Ce n’était vraiment pas inspirant », a déclaré la productrice de théâtre Judith Rosenbauer. « J’espérais voir quelque chose de nouveau et de frais. »

DANS LES COULISSES

La montée en puissance des personnes influentes dans les médias sociaux a obligé l’industrie de la mode à s’ouvrir au monde numérique, de nombreuses marques diffusant des émissions en streaming en direct à de jeunes acheteurs férus de technologie.

«Avec l’avènement du numérique, le consommateur a été extrêmement impliqué lors des semaines de la mode», a déclaré Rush.

Londres est la première des quatre capitales de la mode à inviter directement le public à acheter des billets de spectacle, selon les organisateurs. À New York, les adeptes de tendances peuvent acheter des forfaits «expérience» via un service de type concierge.

Endeavor Experiences propose ce qu’on appelle «l’expérience VIP officielle» de la Fashion Week de New York, où les invités peuvent se faire coiffer et se maquiller, se restaurer, prendre une pause dans un salon donnant sur le podium et s’asseoir au premier rang de certains spectacles.

Les forfaits «NYFW: The Experience» vont de 500 à 2 500 dollars US, a déclaré Mahmoud Youssef, président d’Endeavour Experiences. Parmi les temps forts de la saison, citons les meilleures places au spectacle musical extravagant du Moulin Rouge de The Blonds, une rencontre avec les designers de la marque et un accès à une after-party.

“(Les clients) peuvent être n’importe quel consommateur qui se passionne pour la mode. Un consommateur qui est vraiment passionné par un designer spécifique. Les marques qui cherchent à divertir leurs meilleurs clients », a déclaré Youssef.

Endeavor Experiences a collaboré avec les marques Rag and Bone and Chromat et espère qu’un plus grand nombre de designers s’inscriront pour donner accès à leurs spectacles l’année prochaine.

Bien que sa Fashion Week soit moins importante, Londres accueille des marques telles que Burberry et Victoria Beckham et est réputée pour ses talents émergents.

«C’est une très bonne chose à voir. Londres est toujours à l’avant-garde des tendances », a déclaré Alice Ferraz, de F * hits, une plate-forme pour les influenceurs numériques. « Ces défilés doivent être destinées au public, pas seulement à la presse. »

Marie-Louise Gumuchian; Édité par Christina Fincher

 

Article précédent Article suivant