Investir dans un sac de luxe: une opération rentable

Collector Square, le revendeur en ligne de produits de luxe et haut de gamme vient de dévoiler une étude sur la rentabilité de certains produits de luxe phares. Le constat: certaines valeurs sures comme le Birkin d’Hermès ou le 2.55 de Chanel ont plus que doublé leurs prix ces dernières années.

Par Hélène
photo: Sac Birkin d’Hermès

Les pièces colorées ont la côte

Force est de constater que l’investissement dans un sac de luxe peut vous faire espérer de belles plus-values. Mais avant de vous lancer, vous devez avoir conscience des risques : « La valeur d’un sac de luxe dépend essentiellement des effets de mode » explique Hubert Felbacq, directeur du département luxe et vintage de la maison de vente Cornette de Saint Cyr. A l’heure actuelle, les pièces colorées et de petites tailles (25 cm de longueur) se vendent très bien, mais nul ne peut garantir combien de temps cela va durer ! »

Par ailleurs, seuls quelques modèles ont du potentiel en tant que placement. Le Birkin d’Hermès, le 2.55 de Chanel ou le Lady de Dior sont des intemporels qui se revendent très bien. Jérôme Lalande, expert maroquinerie chez Hermès, se veut néanmoins plus rassurant : « La valeur de ces sacs ne baissera pas dans les cinq prochaines années, présage-t-il. Certaines pièces sont intemporelles et trouveront encore des acheteurs dans dix ans ! ». A noter par ailleurs que les prix des sacs Chanel ont flambés sur les sites de revente en ligne, depuis l’annonce de la mort de Karl Lagerfeld.

 

Etat et authenticité sont à vérifier !

Lors d’un achat de luxe sur des sites en ligne ou en vente aux enchères, il faut cependant s’assurer de l’authenticité du produit. Ce n’est en effet un mystère pour personne: le marché du luxe contient son lot de contrefaçons. Pour plus de sécurité, il est possible d’acheter directement son sac auprès de la marque. A raison d’une augmentation annuelle des prix d’environ 5% sur les grandes marques (type Hermès ou Chanel), l’acheteur en sortira gagnant. Néanmoins, les meilleures affaires se font auprès d’entreprises de reventes.

Si l’on choisit cette seconde option, il faut au préalable vérifier que le produit ait bien été expertisé. Il faut s’assurer également qu’il est en bon état : un sac de luxe verra sa valeur dégringoler s’il a été dégradé ou mal réparé. A noter : une simple couture réalisée par un cordonnier classique plutôt que par la maison mère peut déprécier la cote du sac de plusieurs milliers d’euros.

 

Produits rares et séries limitées

Comme pour les autres produits, la rareté crée la valeur. Sans aller sur les gammes particulièrement coûteuses et susceptibles de faire les titres de l’actualité (comme le record atteint en mai 2017 par le sac « Himalaya Niloticus Crocodile Diamond Birkin 30 », qui  a été vendu 380 000 dollars par Christies’s), il faut privilégier des sacs produits en série limitée ou présentant des spécificités.

Chez Hermès par exemple, le sac Birkin So Black est, comme son nom l’indique, entièrement noir. Depuis le cuir jusqu’aux boucles métalliques. Il est aussi plus fragile que les modèles classiques car la teinture du métal s’érode avec le temps et les frottements. Ce défaut lui a valu l’arrêt de sa fabrication. Il n’a donc été produit qu’entre 2009 et 2011 et est par conséquent, très recherché, puisque très rare.

 

Documents et emballages font la différence

Non seulement, vous avez tout intérêt à investir dans un sac en bon état, mais si le client compte le conserver cinq ou six ans, il doit également en prendre soin pour en tirer le meilleur prix. « Portez le seulement pour les grandes occasions et au moment de le ranger, remplissez-le de papier journal pour maintenir sa forme originelle, recommande Jérôme Lalande. Evitez aussi l’humidité et enveloppez-le pour le protéger de la poussière lorsque vous ne l’utilisez pas. »

Si l’on a mis la main sur une pièce d’exception, on peut espérer des gains plus importants, en maison de ventes aux enchères, qu’avec un vendeur en ligne. Il faudra cependant cibler les ventes spécifiques à la marque de votre sac pour en tirer le meilleur prix.

Enfin, dernier élément à prendre en compte : pour un sac en crocodile, il faut réclamer les documents CITES (en référence à la Convention de Washington sur le commerce des crocodiles menacés d’extinction). Il s’agit du document légal permettant l’exportation du sac. Dans tous les cas, il faut veiller à bien conserver la facture de son achat. Elle est obligatoire pour pouvoir retrouver les précédents acquéreurs et établir la traçabilité des cuirs utilisés. A noter que certaines maisons de vente refusent désormais l’achat si l’on ne présente pas ces documents.

Par Hélène
Article précédent Article suivant