Les ventes d’Hermès frôlent la barre des 6 milliards d’euros en 2018

Vendredi 8 février 2019, le groupe de luxe Hermès a annoncé un record de ses ventes en 2018 à près de 6 milliards d’euros, notamment grâce à une croissance à deux chiffres en Asie.

photo: Hermès

Les ventes d’Hermès ont atteint un nouveau record en 2018, frôlant les 6 milliards d’euros, le groupe français de luxe continuant d’être porté par le succès de sa maroquinerie et une croissance dans toutes les zones géographiques, notamment en Chine.

 

Le chiffre d’affaires annuel du sellier-maroquinier, entré au CAC 40 en juin dernier, a progressé de 7,5% sur un an en données publiées, et de 10,4% en organique, selon un communiqué publié vendredi.

La zone Asie hors Japon progresse ainsi de 14% sur l’exercice, tandis que le Japon enregistre une hausse de 8%, l’Amérique 12% et l’Europe hors France 8%. Les ventes en France ont progressé de 6% « malgré l’impact négatif des événements de fin d’année » liés aux manifestations des « gilets jaunes », est-il précisé. Par métier, la division Maroquinerie-Sellerie (cœur de métier représentant la moitié du chiffre d’affaires du groupe) voit ses ventes annuelles frôler les 3 milliards d’euros, en progression de 9,4% sur un an.

 

Hermès, qui publiera en mars ses résultats annuels, indique que « grâce à une croissance des ventes saine et à une bonne maîtrise des coûts, la rentabilité opérationnelle courante en 2018 devrait être proche de 34%, après le niveau exceptionnel atteint en 2017 » où la marge s’était établie à 34,6%. En 2017, le groupe avait battu tous les records et avait versé un dividende « exceptionnel » de 5 euros, en sus du dividende ordinaire de 4,10 euros.

 

Le président d’Hermès, Axel Dumas, a salué « cette année encore, une forte performance du groupe » qui s’est poursuivie « tout au long de l’année, sans rupture de tendance. Le modèle d’entreprise est particulièrement solide dans l’environnement actuel », a-t-il résumé lors d’une conférence téléphonique avec des journalistes.

Il a notamment souligné que « l’Asie poursuit sa forte croissance à deux chiffres, nous ne constatons aucun changement de rythme dans nos magasins en Chine », en allusion aux craintes d’un ralentissement dans le pays, sur fond de tensions commerciales avec les Etats-Unis qui ont chahuté en Bourse les valeurs du luxe ces dernières semaines.

 

Un nouvel atelier en Normandie

La marque de luxe française qui compte déjà plus de manufactures en France que ses concurrents, compte en ouvrir une nouvelle, en 2021 en Normandie.

Previous ArticleNext Article